Les gestes qui sauvent s’apprennent à n’importe quel âge. A Sorinnes, près de Dinant, une douzaine d’enfants suivent une formation de secouristes avec l’ASBL Médicale Assistance.

Une victime, son témoin… et une douzaine de secouristes en herbe pour lui sauver la vie. Ils ont entre 6 et 12 ans, et ils apprennent déjà les gestes qui comptent.

“On essaie de faire des réanimations explique Ian, 9 ans, en faisant des massages cardiaques avec une machine qui nous dit comment faire.”

“On a pris un défibrilateur, complète Noé, 10 ans, on a mis les deux collants (les patchs) à des endroits spécifiques du mannequin.”

Il faut bien-sûr pouvoir faire redémarrer le coeur mais aussi permettre aux poumons d’oxygéner le corps. Même le bouche-à-bouche nécessite un travail d’équipe.

” On met sa bouche dans un petit tuyau, explique Anaïs, 11 ans. On doit souffler, et c’est celui qui fait le massage cardiaque qui doit dire si l’air passe ou pas.”

Les formateurs sont des ambulanciers professionnels, de l’ASBL Médicale Assistance de Dinant. Pour eux, chaque détail compte. Il faut savoir par exemple continuer la réa, malgré les distractions tout autour.

“On essaye de les déstabiliser un peu, nous confie une formatrice de l’ ASBL. Parce que dans la vie réelle, les badauds sont souvent là à nous embêter.”

Ce qui se dégage auprès des jeunes, c’est en tous cas une très grande motivation, et pour cause, précise :

“Ce sont beaucoup d’enfants qui veulent être ambulanciers, pompiers ou infirmières, qui veulent aller aux cadets, et qui veulent connaître ce métier. Donc ils sont là par attrait et pas parce que les parents l’ont demandé.”

La réanimation cardio-pulmonaire n’est pas le seul domaine des soins de secours qu’ils ont abordé. Pendant toute la semaine, ils ont pu faire le tour de la question: brûlures, hémoragies, hygiène des soins ou extinction d’un petit feu domestique. Une autre formation sera donnée du 21 au 25 août, et il reste quelques places.